• Menu
  • Menu

Ayutthaya, les trésors du passé

On continue notre périple historique en allant vers le sud, à Ayutthaya. La ville n’est située qu’à 76 kilomètres de Bangkok , pas étonnant donc que ce site soit aussi populaire !

Enfin arrivés !

Le bus part à 12h30 de Sukhothai et on arrive à 19h30, avec 1h30 de retard ! C’était le premier long trajet de jour en bus et ce fut bien… long malgré les sièges confortables. Ayutthaya est beaucoup plus grande que Sukhothai et on remarque assez vite que, plus on descend, plus c’est grand et touristique.

Wat Maha That

Bref, on arrive assez tard à l’hôtel, affamés et fatigués. Le patron est très gentil et parfaitement bilingue. Après avoir tout déposé, nous filons au restaurant et terminons au night market pour manger une petite glace bien rafraîchissante ! Le marché est divisé en deux parties : d’un côté des stands de nourriture et de l’autre des stands de chinoiseries et quelques stands de nourriture. On a vite choisi notre camp (non, nous ne pensons pas qu’à manger 😉). Ça nous permet de repérer ce que l’on mangera demain soir !

Un peu d’histoire…

Wat Ratchaburana

Ayutthaya fut la capitale du royaume à partir de 1350 et ce, pendant 417 ans jusqu’au moment où les Birmans l’envahirent. 33 rois se sont succédés sur le trône lors de cette période. À son apogée, la ville comptait 800 000 habitants contre 60 000 aujourd’hui, ainsi que 500 temples et trois palais ! Elle était divisée en quartiers selon les origines des citoyens (indiennes, chinoises mais aussi françaises et portugaises). L’ancienne cité a été bâtie sur une île, délimitée par trois fleuves qui existent toujours. Comme Sukhothai, les vestiges du passé glorieux du royaume sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991.

À bicyclette !

Comme précédemment, les vélos (prêtés par l’hôtel) sont nos meilleurs amis pour découvrir la ville ! La différence notable avec Sukhothai est que les temples sont disséminés un peu partout (dans le centre ville mais pas seulement) et ne sont pas regroupés à un endroit bien précis. Les temples cohabitent donc avec des bâtiments modernes et sont parfaitement intégrés dans le paysage urbain. On achète un pass à 220 bahts chacun qui permet d’accéder à 6 temples de la ville.

La tête de Bouddha enchevêtrée dans les racines

Après un solide petit-déjeuner, la journée commence au célèbre Wat Maha That. Il fut un temple royal de style khmer qui renferma les reliques de Bouddha. Suite à l’incendie du monastère par l’attaque birmane de 1767, la pagode est tombée en ruines jusqu’à aujourd’hui. Il y a foule à l’entrée du site et pour cause : elle débouche sur la célèbre tête de Bouddha en grès enchevêtrée dans les racines d’un banian, spot idéal pour faire une tonne de selfies selon les touristes chinois… Le site est assez grand et il y a de quoi y passer du temps. Les nombreuses statues de Bouddha décapitées voire démembrées donnent une certaine atmosphère au lieu. Les chedis restants sont superbes, leur style est unique ! Certains sont particulièrement penchés, comme la tour de Pise 😄.

Wat Maha That

Ensuite, direction le Wat Ratchaburana situé juste à côté. Ses deux chedis, encore visibles aujourd’hui, furent d’abord construits au XVe siècle par le roi Boromaraja II afin de conserver les cendres de ses deux frères aînés qui se sont entretués pour accéder au trône au cours d’un duel à dos d’éléphant (ça me rappelle une série 🙃). Ensuite, le prang fut construit, c’est l’élément le plus imposant du temple, encore aujourd’hui grâce à sa restauration. Il est splendide ! Même s’il a été restauré, les sculptures sont fines de précision, on peut apercevoir notamment des garudas ou hommes-oiseaux dans la religion hindoue. Je suis toujours fascinée par les prangs, la beauté et la qualité des sculptures m’émerveillent à chaque fois. Ils peuvent être de tout style selon le lieu et l’époque, ce qui les rend fascinants !

Wat Ratchaburana

Nous quittons l’île pour aller vers le nord de l’autre côté de la rivière Klung Ku Maung, au Wat Na Phra Men. Il s’agit d’un petit temple ayant un style assez classique renfermant un Bouddha doré. Le plafond et les colonnes sont parés de pourpre et décorés d’or. À côté de l’édifice, se tient un petit vihara abritant un somptueux Bouddha en pierre noire (cf l’image de couverture) dont le style détonne par rapport à ceux vus jusqu’alors. En effet, ici, il est assis, les pieds reposant sur une fleur de lotus et les mains posées sur les genoux, adoptant une attitude digne voire royale. Il daterait du VIIIe siècle ! Le contraste est fort entre ces deux édifices.

Wat Na Phra Men
Wat Na Phra Men

Nous retraversons le fleuve pour visiter le Wat Lokayasutharam situé à l’ouest de l’île. Sa date de construction reste incertaine mais comme le prang est du même style que celui des autres de la ville, elle serait de l’ordre du XIVe siècle. Il ne reste plus grand chose du temple hormis la ruine d’un des trois viharas et le fameux bouddha couché ou Phra Bouddha Sai Yat. Ce dernier est immense ! Il a été resculpté entièrement en 1954 par-dessus l’ancien. Parfois il est paré d’un keza orange mais ce n’était pas le cas aujourd’hui. Petite anecdote : à l’entrée un Thaï vend des fleurs en guise d’offrandes déposées devant bouddha. Une fois tous les touristes partis, il a récupéré toutes les fleurs qu’il venait de vendre… pour les revendre à nouveau ! Hop, ni vu ni connu…

Phra Bouddha Sai Yat

Nous quittons l’île à nouveau en franchissant la rivière Chao Praya pour nous retrouver au sud-ouest, au Wat Chaiwatthanaram. Il fait très chaud et comme le site n’est pas ombragé, on en profite pour se désaltérer dans un café avant d’attaquer la visite. C’était un ensemble de temples royaux, construit par le roi Prasat Thong en 1630, comme mémorial en souvenir de sa mère dont la résidence était à cet emplacement. Il se compose d’un prang principal, haut de 35 mètres, de quatre autres plus petits qui l’entourent et de plusieurs chapelles. On retrouve également des petites chapelles, séparées les unes des autres par des rangées de Bouddhas décapités. Une maquette située à l’entrée reconstitue l’ensemble du site : ce devait être grandiose ! Les prangs sont très cubiques mais néanmoins superbes. Nous avons un véritable coup de cœur pour ce temple.

Wat Chaiwatthanaram
Wat Chaiwatthanaram

Retour au nord-est de l’île vers le Phra Mongkhon Bophit. Ce sanctuaire abrite l’un des plus grands bouddhas en bronze de Thaïlande. Il mesure 16,95 mètres de haut avec une base haute de 4,5 mètres pour 9,55 mètres de large. Un beau bébé qui en impose ! De plus petits Bouddhas que l’on peut couvrir de feuilles d’or l’encerclent.

Phra Mongkhon Bophit

Nous continuons la découverte avec le Wat Phra Si Sanpeth, situé juste à côté ! Il s’agit de trois magnifiques chedis alignés, érigés pour recueillir les cendres des trois premiers rois de la ville. À son apogée, il fut l’un des temples les plus importants du pays. De plus, il renfermait un grand Bouddha debout recouvert de plusieurs centaines de kilos d’or ! Malheureusement, l’incendie déclenché par les Birmans de 1767 endommagea tout le temple sauf les trois chedis. Ils récupérèrent alors l’or fondu de la statue. Le site est époustouflant !

Wat Phra Si Sanpeth

À la sortie nous tombons sur un éléphant qui promène une touriste en pleine ville ! On se sent tellement petit à côté. Les balades à dos d’éléphant sont à proscrire dans tout le pays étant donné les conditions peu éthiques dans lesquelles ces pachydermes sont traités mais c’est un autre débat.

Un éléphant dans la rue !

Enfin, avant le coucher de soleil, notre journée historique s’achève avec la visite du Wat Phra Ram, non loin du Wat Phra Si Sanpeth. Il a été construit en 1369 et aujourd’hui il n’en reste qu’un prang et quelques chedis. Sa fréquentation est moindre par rapport aux temples voisins et la lumière déclinante orangée rend l’atmosphère globale un peu mystique. Mais il faut avouer, qu’après Sukhothai et cette journée, nous avons vu notre quota de temples pour une longue période !

Wat Phra Ram

La journée se termine sur un pont au sein du parc au centre de l’île pour admirer les dernières lueurs du jour.

Coucher de soleil dans le parc central d’Ayutthaya

Finalement, c’est possible de visiter tout Ayutthaya sur une journée mais c’est du sport !

Nos adresses

La petite glace à la coco qui fait du bien !
  • l’hôtel Niwas Ayutthaya : le propriétaire est très gentil, parle parfaitement l’anglais. L’hôtel propose des vélos gratuitement et vu l’étendue du site, ce n’est pas de refus !
  • le night market : pour les pads thaïs à deux francs six sous et la glace à la noix de coco.
  • le Coffee Old City : un des meilleurs petit-déjeuners que l’on ait eu depuis le début (du muesli avec yaourt et fruits frais, croissant).
Hélène

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 commentaire