• Menu
  • Menu

Le lac Inle et sa région

Direction Nyaung Shwe

Nous quittons Bagan pour Nyaung Shwe, une ville au nord du lac Inle. Il n’y a qu’un moyen pour rejoindre cette dernière : le bus ! La dernière expérience m’ayant quelque peu refroidie, je ne suis pas trop emballée. Mais ici, il s’agit d’un bus de nuit VIP (on aura été VIP au moins une fois dans notre vie !), c’est-à-dire un bus tout confort avec des sièges pouvant s’incliner beaucoup plus qu’un bus classique, des repose-jambes, une couverture, un oreiller, de la place… Bref, un bus de nuit bien en tout point ! Le bus part à 20h pile ! Le trajet est un peu chaotique du fait du mauvais état des routes. Le bus s’arrête plusieurs fois (notamment dans une sorte de casse automobile, on ne saura jamais pourquoi et c’est peut-être tant mieux !) et malgré tout, nous arrivons à dormir un peu.

La vue depuis notre hôtel (enfin presque)

Nyaung Shwe fait son apparition dans le brouillard (et nous aussi !). Malgré le fait qu’il soit 4h30, une dizaine de birmans nous accaparent dès la sortie du bus pour proposer un taxi ou un bateau afin d’aller sur le lac le lendemain. Heureusement pour nous, l’hôtel n’est pas très loin donc nous y allons à pied et cela fait du bien aux jambes ankylosées ! Nous trouvons porte close à l’hôtel, pourtant il était indiqué accueil 24h/24 sur le site de Booking #fail. Aucun moyen d’entrer et les signaux de lumière avec la frontale sur la fenêtre n’ont aucun effet. La seule solution est d’appeler l’hôtel. Miracle, on répond ! Une birmane (on comprendra que c’est la patronne) sort et nous ouvre la grille : elle sortait du lit… Elle nous montre notre chambre et nous propose de prendre le petit-déjeuner ce matin alors que la réservation ne commence officiellement qu’à 14h ! On ne se fait pas prier pour dormir un peu : un lit reste quand même plus confortable qu’un siège de bus.

Nyaung Shwe

Au marché de Nyaung Shwe

Quelques heures plus tard, après un délicieux petit-déjeuner (le meilleur jusqu’à présent : personne ne peut lutter contre des crêpes 😋), nous partons découvrir la ville à pied. On déambule dans les petites rues pour aller au marché et le charme opère peu à peu. Au loin, les montagnes se dessinent et c’est splendide ! Ici, les birmans ont des petites habitations en briques ou en béton, on est loin des constructions sommaires de Mandalay ! Le marché confirme l’impression d’être dans un village. Nous ne croisons que très peu de touristes. Il y a beaucoup d’étals de fruits, de légumes, de fleurs et même de poissons mais pas un seul de souvenirs ! Une birmane vendant trois sortes de grands gâteaux attise notre curiosité. Elle ne parle pas anglais mais comprend notre intérêt. Elle nous fait goûter et c’est délicieux ! En fait, ce sont des plats remplis de riz gluant, sucré avec un sucre différent à chaque fois et quelques fruits secs. J’essaie de lui demander comment elle les prépare mais la barrière de la langue est bien là : on n’en saura hélas pas plus mais son sourire restera gravé.

Au marché de Nyaung Shwe

Nous repartons en ville, longeons le canal d’où partent les bateaux rejoignant le lac Inle. Il est bon de flâner dans les petites rues ! Le soir au dîner, nous sommes encore frappés par la gentillesse des birmans. Il commence à pleuvoir alors que nous nous apprêtions à quitter le restaurant et seul Xavier a son kway. La patronne nous propose de rester à l’abri et nous offre un thé. Nous refusons pensant que d’ici 10 minutes, ça se calmerait. Eh non ! Elle nous propose alors de prendre son propre parapluie ! On refuse poliment mais elle insiste en disant que la patronne de notre hôtel est une amie et qu’elles s’arrangeront. Bon, il faut l’avouer son parapluie n’était pas de trop. La pluie se fait battante et on rentre (légèrement) trempés.

Pirogues dans Nyaung Shwe
Un temple dans Nyaung Shwe

Le Lac Inle en bateau

Le lendemain, le propriétaire du bateau qui nous avait proposé ses services la veille, passe nous chercher à 7h30 en moto en direction du canal. On aura le bateau pour nous deux toute la journée ! Nous nous mettons d’accord avec le navigateur sur le programme de la journée.

Sur le lac Inle

Nous traversons le canal et rejoignons le lac assez rapidement. Le paysage est magnifique avec la brume sur les montagnes et les premières lueurs du jour. Après une dizaine de minutes on peut apercevoir les pêcheurs en plein travail. En équilibre sur l’avant de leur pirogue, ils utilisent une jambe pour tenir la rame et ont ainsi les deux mains libres pour utiliser leur filet.

Un pêcheur sur le lac, une trop belle pause pour être vraie

Des pêcheurs qui retirent les algues du lac

La première étape est le marché d’Ywama. La région du lac Inle est connue pour son marché des 5 jours : tous les jours il change d’endroit selon le calendrier lunaire. Le bateau accoste devant un atelier / une boutique de bijoux en argent… Curieux, le batelier n’en avait pas parlé pourtant… Il nous dit qu’on ira au marché juste après. Soit. La visite commence par la fabrication des bijoux en argent : les ouvriers sont à l’œuvre dans le montage des bijoux et la minutie est de mise ! La birmane qui nous fait la visite parle un anglais très approximatif avec un fort accent (j’ai plus l’impression qu’elle parle japonais qu’autre chose !). La visite se termine par un passage obligatoire par la boutique où nous sommes suivis de près par plusieurs vendeuses qui répètent sans cesse que nous pouvons essayer sans problème. Un peu agaçant…

Atelier de frabrication de bijoux en argent

Ensuite, le bateau s’arrête devant un autre atelier situé à côté d’un chemin menant au marché. Notre guide est tout content de nous dire qu’il y a des « femmes au long cou » ou femmes Padaungs au bord de la boutique. Cette dernière propose une partie des bijoux vus précédemment, d’autres souvenirs vus sur les marchés et les étoles tissées par les femmes Padaungs (ces femmes sont clairement exploitées pour le tourisme, pas très éthique tout ça…). L’atelier la jouxtant fabrique des ombrelles. La visite est succincte et se termine aussi par un tour par la boutique. Le lac Inle est réputé pour son artisanat mais les ateliers que nous visitons sont plus des prétextes pour amener les touristes dans les boutiques. Nous n’aurons pas la chance de voir le véritable artisanat ici.

Des ombrelles traditionnelles

Puis direction le marché tant attendu ! Mais c’est la grosse déception ! Il y a une quarantaine d’étals « touristiques » avec toujours les mêmes souvenirs pour trois malheureux étals de fruits et légumes. Celui de Nyaug Shwe est beaucoup mieux et plus authentique. Après un tour rapide nous repartons vers notre pirogue.

Les stupas près du marché d’Ywama

L’étape suivante est une fabrique artisanale de cigares et cigarettes. Les cigares ne contiennent que du tabac et les cigarettes ne contiennent que du tabac avec ajout d’une épice ou d’un fruit séchés (cannelle, clou de girofle, banane…). Ils sont donc plus naturels que ceux industriels. La personne qui fait la visite nous fait sentir les différentes variétés : cela donnerait presque envie de fumer ! La dextérité et la vitesse des birmanes qui les roulent à la main est impressionnante ! Elles en roulent plus de 800 par jour chacune.

Fabrique artisanale de cigares et cigarettes

Nous allons ensuite manger dans le restaurant juste à côté indiqué par notre batelier : c’est purement un attrape-touristes ! Les prix sont gonflés : 6 000 kyats pour du poulet en boîte avec de l’ananas en boîte et sans riz… Les gérants ne sont absolument pas aimables ce qui est un comble dans le pays du sourire !

Bouddha dans le monastère In Dein

La journée se poursuit par la visite du monastère In Dein situé sur un affluent du lac. Il y a deux chemins possibles pour y accéder : le long escalier couvert de 1 kilomètre qui mène jusqu’à la pagode qui domine la colline ou bien prendre à gauche dès que possible depuis l’escalier en serpentant entre les 1 000 stupas, la deuxième option étant beaucoup plus sympathique ! Les stupas sont de toute forme et de tout style, certaines sont même en ruines alors que d’autres sont superbement rénovées. Ce site est vraiment magnifique et nous fait penser à Bagan.

Les stupas du monastère In Dein
Les stupas du monastère In Dein

Notre pilote nous emmène après à la pagode Phaungdaw Oo que nous n’avons pas du tout aimée : nous avons même oublié de faire une photo tellement elle n’était pas terrible ! C’est simple : vous prenez du doré moche, des éléments kitschissimes et un marché immense aux souvenirs et vous obtiendrez cette pagode.

Le monastère Nga Phe Saung

Notre dernier arrêt est le monastère Nga Hpe Saung ou anciennement monastère des chats sauteurs du fait qu’un moine dressait des chats pour les faire sauter. Ce moine étant décédé, personne n’a pris la relève amenant la disparition des chats dans le monastère. Ce dernier est tout en bois et a son petit charme.

Vue depuis le monastère Nga Phe Saung

Sur la route du retour, nous traversons les jardins flottants du lac. On y fait pousser principalement des tomates que nous avons déjà vues dans les rues de Nyaung Shwe afin d’être triées. Nous faisons bien de retourner vers la ville car il commence à pleuvoir. À peine le temps de poser le pied sur la terre ferme que la fameuse pluie birmane s’abat sur nous. Notre refuge sera l’office de tourisme faisant office de café.

Des plants de tomates dans le jardin flottant
Tri des tomates dans Nyaung Shwe
Calibrage des tomates dans Nyaung Shwe

Cette excursion sur le lac était extraordinaire mais, malgré le fait que nous ayons convenu ensemble du programme de la journée, il est difficile de sortir du circuit touristique traditionnel avec les passages obligés par les ateliers et les boutiques. Un peu dommage….

Autour du lac à vélo

Notre destrier pour la journée !

Après avoir parcouru le lac en bateau nous décidons de louer des vélos à l’hôtel pour découvrir les alentours par nous-mêmes : direction l’est ! Sur le chemin on croise des vaches, des biquettes et beaucoup de birmans nous apostrophant et nous saluant de la main. Ça fait toujours plaisir ! On arrive au village de Maing Thauk qui a un petit spot sur le lac. Il est censé y avoir un marché mais celui-ci ne se compose que de trois étals où les enfants revenant de l’école se réapprovisionnent. Nous arrivons tout au bout de la jetée où les écoliers attendent leurs parents pour rentrer chez eux en pirogue, si c’est pas la classe ! En attendant, on s’observe en silence et c’est assez comique d’être deux étrangers parmi tous ces enfants en uniforme et longyi qui croisent sans doute peu de touristes dans cette région du lac.

Un batelier sur sa pirogue à Maing Thauk

Sur la route, nous avions vu un panneau annonçant les vignes de Red Mountains. C’est l’occasion de goûter du vin birman ! Bon, il s’agit de cépages français mais c’était plutôt pas mal ! En plus, avec la vue sur la colline dominant le lac, c’était d’autant plus délectant ! Après cette pause, nous retournons à Nyaung Shwe toujours perchés sur les vélos et parcourons la ville en long en large et en travers. Puis nous longeons l’autre côté du canal juste au moment où notre amie la pluie fait son apparition ce qui nous laisse moins de 5 min pour rentrer avant la belle averse. Nous terminons la journée à l’hôtel : repos et écriture au programme !

Des vignes françaises … en Birmanie
Dégustation de vin birman !

Nos adresses

  • Le marché de Nyaung Shwe : il est ouvert tous les matins. Il y a beaucoup d’étals et c’est un vrai marché pour les locaux !
  • Le restaurant Star Flower : un restaurant italien où tout est frais et fait maison. Le basilic pousse devant le restaurant et les tomates viennent du lac ! La famille qui le tient est d’une gentillesse sans faille. Elle nous a même fait goûter ce qu’ils allaient manger le soir (une sorte de beignet aux oignons) !
  • Le Motel album : notre meilleur petit-déjeuner jusqu’à maintenant (pancakes, œufs ou nouilles shan, on a même pu choisir pour notre dernier jour !). Ils sont très attentionnés 😊
  • Le restaurant Htoo Myat BBQ : des produits frais, un barbecue qui donne sur la rue, que demander de plus ? Il n’y a que des locaux et en plus ce n’est vraiment pas cher !
Hélène

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires