• Menu
  • Menu
Extérieur de la pagode Soon U Ponya Shin Paya

Les anciennes cités royales

La capitale birmane n’a pas toujours été Nay Pyi Taw, elle n’a d’ailleurs ce titre que depuis 2005. Au cours de l’histoire, plus de dix villes ont eu ce statut selon le roi du moment (comme nous l’expliquions dans l’article sur Mandalay). Nous avons visité trois anciennes cités royales autour de Mandalay : Amarapura, Ava et Sagaing (visites comprises dans le forfait du palais de Mandalay). Pour y aller, nous donnons rendez-vous à Toudy à 9 heures devant notre hôtel. Il sera notre chauffeur pour la journée (40 000 kyats) !

Toudy, notre chauffeur de tuktuk à Mandalay
Toudy, notre chauffeur de tuktuk à Mandalay

Sur la route de Mandalay à Amarapura, nous passons devant de nombreux ateliers d’artisans sculpteurs : sur pierre et sur bois. Toudy s’arrête pour que nous puissions admirer la précision et la qualité du travail. La plupart des Bouddhas de pierre fabriqués ici seront exportés dans toute l’Asie.

Un sculteur de pierre à Mandalay
Un sculteur de pierre à Mandalay
Une boutique de scultures de pierres
Une boutique de scultures de pierres

Amarapura

Nous commençons et finirons la journée à Amarapura. Deux fois capitale du Myanmar pendant près de 55 ans, elle a été complètement détruite et pillée lorsqu’elle a été déplacée à Mandalay.

Nous nous dirigeons d’abord vers le gigantesque monastère Maha Ganayon Kyaung dans lequel plus de 1 500 moines résident (il y a environ 500 000 moines au Myanmar). Vers 11 heures, ils se rassemblent tous à l’entrée de la cantine pour leur unique repas de la journée. C’est impressionnant de voir autant de moines de tout âge (les plus jeunes ont peut-être 5 ans environ !), hommes ou femmes. Ils marchent pieds nus sur le sol mouillé et n’ont que leur kesa (habit traditionnel bouddhiste) et leur bol. Cela vaut le coup d’œil malgré le fait qu’il y ait beaucoup de touristes et que certains les photographient comme des bêtes de foire, ce qui peut être un peu dérangeant.

Jeunes moines allant à la cantine
Jeunes moines allant à la cantine
Jeunes moines (filles) allant à la cantine
Jeunes moines (filles) allant à la cantine

Toudy nous emmène ensuite dans un atelier de tissage où l’on fabrique des longyis, l’habit traditionnel birman porté encore aujourd’hui par les hommes et les femmes. Celles qui les tissent ont l’air très jeunes et le travail semble très éprouvant (concentration, minutie et posture non ergonomique). La boutique située en face, bien que célèbre (Aung San Suu Kyi y achète les siens), est « un peu » chère : plusieurs centaines d’euros le longyi quand on peut en trouver pour quelques euros dans un marché !

Une ouvrière tissant un longyi
Une ouvrière tissant un longyi

Le soir, nous revenons pour admirer le coucher de soleil sur le pont d’U Bein. C’est un incontournable du Myanmar et un must see pour tout Instagrameur qui se respecte 😉 Il s’agit du plus long pont en teck (1 200 mètres) de Birmanie. Le bois qui a servi à sa construction a été récupéré des palais d’Ava et de Sagaing. Pas de coucher de soleil pour nous, le ciel est trop couvert mais de très belles couleurs quand même (#nofilter) ! C’est très agréable de s’y balader même s’il y a beaucoup de touristes. Attention à ne pas glisser ou coincer une tong entre deux lattes comme cela aurait pu nous arriver 😂

Xavier sur le pont d'U Bein
Xavier sur le pont d’U Bein
Bateau le long du pont d'U Bein
Bateau le long du pont d’U Bein
Coucher de soleil sur le pont d'U Bein
Coucher de soleil sur le pont d’U Bein #nofilter

Sagaing

Après Amarapura, direction Sagaing qui a été également deux fois la capitale du Myanmar. Il s’agit d’un haut lieu du bouddhisme et elle est comparée à un petit Bagan tant il y a de pagodes.

Vue depuis les collines de Sagaing
Vue depuis les collines de Sagaing

Toudy nous dépose en bas de la colline où il y a « 10 à 15 minutes de montée » pour arriver à la pagode Soon U Ponya Shin Paya. La chaleur étant à son maximum (près de 40°C), nous mettons le double de temps pour gravir les marches. Heureusement pour nous, cela vaut le détour ! Cette pagode offre une vue imprenable sur toute la vallée, jusque Mandalay. C’est très impressionnant de voir toutes ces pagodes dorées cachées au milieu de la végétation !

Extérieur de la pagode Soon U Ponya Shin Paya
Extérieur de la pagode Soon U Ponya Shin Paya

Nous sommes à peine redescendus que la pluie commence à tomber. Mais pas une petite bruine bien française, une grosse pluie tropicale ! C’est l’occasion pour nous de nous abriter pour déjeuner près de l’embarcadère qui mène à Ava. La pluie tombe à seaux et la visibilité diminue au point de ne plus voir les pagodes de l’autre coté de la rivière. Bref, on est bien content d’être au sec ! Même le gérant du restaurant rentre sa voiture dans celui-ci (qui doit servir de garage quand il est fermé). Toudy rejoint notre table et c’est une bonne occasion pour le connaître davantage. On apprend qu’il adore le football et connaît mieux les joueurs de l’équipe de France que nous 😅. D’un coup, comme dans Forrest Gump, la pluie s’arrête (ou presque, mais pour nous c’est comme s’il ne pleuvait plus !).

Moine rencontré lors de la descente des collines de Sagaing
Moine rencontré lors de la descente des collines de Sagaing

Ava

Notre déjeuner terminé et la pluie ayant cessé, nous nous dirigeons vers l’embarcadère pour une traversée du Myitnge (un affluent de l’Irrawady). Des jeunes birmanes avec de multiples colliers et bracelets passés autour de leurs bras nous abordent et nous demandent d’où nous venons. Lorsqu’on leur répond « From France », elles se mettent à nous parler dans un français parfait ! Leur discours commercial est bien rodé : « Comment ça va ? », « C’est moi qui l’ai fait », « C’est pas cher : un tout petit euro ! », et des arguments commerciaux sur tout ce qu’elle vendent ! C’est assez déroutant de les entendre si bien parler français même si elles n’ont sûrement appris que ces quelques phrases. Cette scène se reproduit sur l’autre berge mais cette fois-ci, elles vendent des cloches et des gongs et toujours dans un français impeccable.

Notre bateau pour aller à Ava
Notre bateau pour aller à Ava

Une fois à Ava, plusieurs options s’offrent à nous : louer des vélos (mais la pluie a rendu le terrain très boueux) ou une calèche (très touristique mais plus facile pour visiter l’essentiel de la ville rapidement). Le choix est vite fait, ce sera un tour en calèche (10 000 kyats) qui nous permettra de voir les quatre monuments historiques de la ville en deux heures.

Vue depuis notre calèche à Ava
Vue depuis notre calèche à Ava

Le premier arrêt nous amène en bas du monastère Bagaya. Construit en 1834, il est entièrement en teck et composé de 267 piliers géants dont le plus gros mesure 18 mètres de haut et 87 centimètres de diamètre ! Ce monastère est très beau et beaucoup mieux conservé que le monastère Shwenandaw à Mandalay. Malgré la petite pluie, c’est très agréable de marcher pieds nus sur du bois !

Le célèbre toit du monastère Bagaya
Le célèbre toit du monastère Bagaya

Nous visitons ensuite la pagode Yandana Sinme et la tour de l’horloge. La pagode est la première de ce style depuis notre arrivée au Myanmar, elle nous apparaît comme atypique. Nous en verrons des centaines du même style à Bagan. La tour est qualifiée de « tour de Pise Birmane » puisque qu’elle est penchée. Elle n’a pas de réel intérêt, il n’est pas possible d’y monter, ni même d’en faire le tour !

Bouddha de la pagode Yandana Sinme
Bouddha de la pagode Yandana Sinme
La tour de l'horloge
La tour de l’horloge

La visite se termine au monastère Maha Aung Mye Bon Zan. Il a été construit en 1838 et imite les monastères en bois avec ses multiples toits. Une fois à l’intérieur, telles des poupées russes, on découvre un temple, dans un temple, dans un temple… Autour du monastère on peut voir d’autres pagodes plus petites mais aussi des vaches en liberté. C’est le dépaysement total !

Le monastère Maha Aung Mye Bon Zan
Le monastère Maha Aung Mye Bon Zan
Une pagode à Ava
Une pagode à Ava

Est-ce que ça vaut le coup ?

La réponse est oui ! Il y a pas mal de choses à visiter dans Mandalay mais l’essentiel peut être fait en une journée. Cette excursion parmi ces anciennes cités a été magique (malgré cette satanée pluie) et on ne peut que recommander de garder une journée pour y aller.  

Xavier

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires