• Menu
  • Menu

Pourquoi nous avons décidé de rentrer plus tôt que prévu

Le 27 septembre 2018 paraît bien loin !

Le 27 septembre 2018 on décollait pour le Myanmar, cela fait donc presque sept mois que nous avons quitté la France. Sept mois que nous arpentons les routes du monde. Sept mois que nous nous émerveillons chaque jour. Sept mois que nous faisons de belles rencontres. Sept mois de bonheur et de liberté. Et pourtant, alors que nous avions prévu de rester jusque fin mai en Amérique du Sud, nous rentrons en France dans une semaine.

Pourquoi me direz-vous ? Pourquoi alors que c’était notre rêve de voyager pendant plusieurs mois ? Nous avons tant imaginé ce voyage pendant les longs mois de préparation, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? La réponse est simple finalement : nous n’avons pas pris de vacances pendant ces sept mois. Ironique n’est-ce pas ? Pourtant c’est la vérité ! Il y a bien des jours où nous n’avons pas fait grand chose mais voilà, un jour par-ci, un jour par-là ne suffisent pas à se reposer physiquement et mentalement. Et oui, voyager tous les jours épuise au long terme, surtout quand on met un réveil tous les jours, même le dimanche. En fait on a perdu la notion de jour assez rapidement.

Angkor Wat

Au début de notre voyage, nous avions une idée assez précise de ce qu’il y avait à voir dans chaque pays et l’organisation consistait juste à trouver les transports et les logements. Naïvement, on s’était dit que l’on regarderait les guides des prochains pays au fur et à mesure pour avoir toujours deux ou trois mois d’avance, mais avec nos journées bien remplies, le blog, les lessives, les courses, les comptes…. c’était impossible ! Arrivés en Nouvelle-Zélande nous avons commencé à planifier quasiment au jour le jour. Et figurez-vous que c’est un vrai job de planifier un voyage : où va-t-on, que faire, rester combien de jours, où dormir, tout ça en plus du quotidien du voyage en lui-même !

Nous avions lu que de nombreux tourdumondistes prenaient des vacances régulièrement, ce que nous avons négligé. On s’était dit que l’on prendrait quelques jours après l’Asie, mais on a enchaîné avec l’Australie où notre planning était plutôt bien chargé. On a repoussé à la Nouvelle-Zélande mais il y avait tellement de choses à voir que l’on n’a pas voulu gâcher un seul jour de nos six semaines là-bas pour se ressourcer. C’est au Costa Rica que nous nous sommes reposés le plus, mais finalement, nous avons quand même fait quelque chose tous les jours sans vraiment jamais nous arrêter longtemps au même endroit.

Les plages de Tasmanie

Depuis quinze jours, la soif de découvrir de nouvelles choses n’est plus là. Nous étions découragés rien qu’à l’idée de programmer la suite et la fin de ce périple. Plus envie de faire vingt heures de bus (oui, l’Argentine c’est très grand), plus envie de changer de logement tous les trois jours, plus envie de lire les guides, plus envie de randonner, plus envie de faire / défaire les sacs… Et surtout, il nous manquait cet émerveillement des premiers jours. Vous savez, ce qui vous fait dire whao quand vous voyez un paysage sublime ? Maintenant on voit des belles choses mais c’est juste beau, c’est tout.

En quittant Ushuaïa il y a trois semaines, nous avons pris la décision de faire une vraie pause : retrouver un semblant de chez-nous, cuisiner, se promener, sans impératif derrière. Nous pensions que Buenos Aires nous ferait du bien mais c’était une trop grande ville pour retrouver un semblant de quotidien. Arrivés à Mendoza, nous étions persuadés qu’avec deux semaines de calme nous serions de nouveau en piste. Nous avons choisi des logements où nous pouvons cuisiner, localisés près du grand parc de la ville pour pouvoir s’oxygéner. Mais malgré l’absence de réveil et de programme, l’envie n’est pas revenue.

Sur la route des vins, à Mendoza

Nous ne retrouvons pas nos repères et nous n’arrivons pas à oublier ce qui nous manque : la famille, les amis, avoir un chez nous et faire des vrais plats. Oui, on parle beaucoup de cuisine mais c’est que ça nous manque vraiment ! Manger tous les jours au restaurant pendant aussi longtemps c’est chiant ! Surtout que la carte est relativement identique partout : pizzas, burgers ou la spécialité locale. Si on veut quelque chose de plus raffiné il faut payer souvent (beaucoup) plus cher. On lit souvent sur les blogs que manger en Asie ou en Amérique du Sud ne coûte pas cher, oui si on mange comme les locaux, et c’est généralement des plats trop gras, trop sucrés, trop salés.

Nous avons retourné le problème dans tous les sens. Changer de ville ? Changer de pays ? Mais est-ce que l’envie des débuts reviendrait et la lassitude disparaîtrait ? Nous n’avons malheureusement pas la réponse… Mais si c’est pour continuer d’avancer sans profiter, on trouve ça dommage. Par exemple, on n’a pas envie d’arriver au Macchu Picchu et de juste se dire « c’est bon, on l’a vu ». Quand on ira (car oui, on reviendra en Amérique du Sud), on veut dire « Whao ! C’est magnifique ! ». En attendant, autant rentrer et se reposer dans un cadre familier.

Le Fitz Roy, spoiler, c’est une des plus belles randos que l’on ait faite !

Ne vous méprenez pas, nous adorons toujours autant voyager mais nous avons trop tiré sur la corde et le corps et l’esprit disent stop. Nous sommes malgré tout partagés entre un sentiment de soulagement et de déception, voire de culpabilité. C’est idiot, mais même nous avons du mal à croire ce qui nous arrive. D’un côté, nous n’avons pas envie de rentrer mais de l’autre, nous ne nous sentons pas capable de continuer comme ça pendant encore un mois.

Ce blues du voyageur est quelque chose dont on parle assez peu, peut-être est-ce tabou ?! On l’avait lu sur Novo-Monde avant de partir mais ça n’arrive qu’aux autres, n’est-ce pas ?! 😅 Ce n’est pas le mal du pays, c’est un épuisement, une lassitude, un besoin de repos. Pendant sept mois nous avons vu des nouvelles choses tous les jours, le cerveau n’arrive peut-être plus à digérer, et le corps à suivre. C’est une sorte de burn-out du voyage. Même si on le redit, on aime toujours et on a toujours envie de voyager !

Mais ne vous inquiétez pas, on va continuer de raconter nos aventures sur le blog depuis la France. Il nous reste une vingtaine d’articles à écrire, si on garde notre rythme actuel d’un par semaine on devrait avoir fini pour Noël 2019. 🤣 Les articles sur le côté pratique du tour du monde arriveront après, on ne les oublie pas. 😉

Hélène

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.