Prendre la pose pour laisser les bibites nous manger

Randonner sur le sentier Les Coulées au parc de la Jacques-Cartier

Le temps de cette fin de semaine s’annonce chaotique. Pour une fois, nous ne sommes pas sûrs de chausser nos chaussures de randonnée. Nous tentons quand même le coup en partant tôt afin d’échapper à la pluie et aux orages prévus. Direction Les Coulées dans le parc de la Jacques-Cartier qui offre de nombreuses possibilités de randonnées, que l’on soit débutant ou non, dans un cadre magnifique.

Ciel gris sur la rivière Jacques-Cartier : allons-nous terminer sous la pluie ?
Ciel gris sur la rivière Jacques-Cartier : allons-nous terminer sous la pluie ?

Depuis la dernière fois, le sentier Les Loups a rouvert, mais nous lui préférons un parcours un peu plus court, au cas où le ciel s’abattrait sur nos têtes.

Immersion forestière

Le parking du centre de découverte et de services est désert par rapport à la dernière fois. Une fois le centre derrière nous, nous longeons la rivière par le bitume et prenons le premier chemin sur la droite.

Balade en forêt
Balade en forêt

Covid oblige, il semblerait que le sentier soit en sens unique. Après quelques mètres, le premier embranchement apparaît. Nous partons donc vers Les Coulées, à droite. Le ton est donné dès le départ car une succession de marches en bois apparaît devant nous. Après la petite excitation du palpitant et l’échauffement des muscles, nous arrivons au pont. Le chemin qui s’enfonce dans la forêt à gauche est celui de L’Aperçu, nous le prendrons au retour.

Scène de crime ou chemin fermé pour dégel ?
Scène de crime ou chemin fermé pour dégel ?

Nous poursuivons donc tout droit et nous retrouvons face à une belle montée. On comprend mieux la petite mise en jambes précédente. Il commence à faire chaud et l’humidité de la forêt se fait sentir, ce qui décuple ses odeurs herbacées. Au loin, le croassement des crapauds résonne tout comme le pépiement des oiseaux. Certains chants mélodieux nous sont inconnus et la pause devient un prétexte pour pouvoir les écouter. On se focalise sur la respiration et sur les bruits ambiants pour poursuivre cet effort.

Rendez-vous avec les bibittes

(Les bibittes sont les insectes en version originale)

Enfin, nous arrivons à un petit plateau. Il semblerait que le plus difficile soit derrière nous : 220 mètres de dénivelé quand même en moins de 1,5 kilomètre ! La suite de la randonnée nous semble bien facile. Après avoir traversé le ruisseau Belleau, un panneau indique un point de vue à 400 mètres sur la droite. Ni une, ni deux, on fonce. Nous grimpons à travers les arbres. Puis, au bout du chemin, une vue imprenable sur la vallée.

Le ruisseau Belleau
Le ruisseau Belleau

En revanche, nous n’avions pas prévu l’invasion de moustiques et encore moins à cet endroit-là. Une seconde d’immobilité et c’est une armée de pompeurs de sang qui s’attaquent à nos jambes. Même si la vue est vraiment chouette, il est difficile de rester là plus longtemps. Promis, le répulsif sera calé dans notre sac à dos la prochaine fois !

Vue sur la vallée
Vue sur la vallée

Nous repartons vers le ruisseau puis descendons vers la rivière Sautauriski. La marche est fort agréable bien que nous soyons trempés par l’humidité ambiante. Nous quittons progressivement le paysage forestier pour la rive.

Trouée dans les nuages en arrivant à la rivière Sautauriski
Trouée dans les nuages en arrivant à la rivière Sautauriski

Plusieurs points de vue offrent un beau panorama de la vallée. Celui du camping Le Grand Duc n’est pas exceptionnel comparé aux autres mais nous en avons pris plein les oreilles grâce aux nombreux chants d’oiseaux, tellement harmonieux et apaisants. Les insectes ne sont toujours pas nos amis et n’hésitent pas à essayer de nous voler quelques gouttes de sang au bord de l’eau. Nous préférons largement les multiples papillons bien colorés qui accompagnent nos pas le long de la rivière Sautauriski.

Dernière ligne droite sous une petite pluie

Après avoir dépassé le pont, le sentier remonte en forêt. La pente n’est pas aussi forte que précédemment mais la chaleur humide n’aide pas vraiment. Nous croisons beaucoup de petites grenouilles dignes des caméléons tellement elles se fondent dans le décor. À moins d’avoir un œil de lynx, seuls leurs petits sauts permettent de les découvrir. Plus loin, nous tombons nez à nez avec un cousin de l’écureuil, le tamia rayé, aussi surpris que nous.

L'éclaircie n'aura été que de courte durée
L’éclaircie n’aura été que de courte durée

À présent, les nuages recouvrent entièrement le ciel. La bruine se glisse entre les feuilles ce qui nous rafraîchit délicieusement. Le chemin devient de plus en plus rocheux et glissant et ce, jusqu’au camping Les Érables. En allant tout droit, nous rejoignons un terrain plus plat. La pluie a cessé laissant place à de timides rayons solaires.

L'Aperçu porte bien son nom, ne vous attendez pas à des vues incroyables
L’Aperçu porte bien son nom, ne vous attendez pas à des vues incroyables

Enfin, nous arrivons de nouveau à l’embranchement vers l’Aperçu. Vers le côté gauche, vous replongez en pleine forêt avec quelques marches à la fin pour rejoindre le pont du début. Vers la droite, vous longez la rivière avec plusieurs escaliers. Un point de vue est indiqué mais, hormis les monts qui se dégagent au-dessus des arbres, il n’y a malheureusement pas grand-chose.

Cette randonnée ne paie vraiment pas de mine mais elle permet d’observer ainsi que d’entendre une faune incroyable ! Bref, nous avons adoré marcher sur ce chemin un peu moins fréquenté.

Infos Pratiques

Où ?

Le parc national de la Jacques-Cartier est situé au 103 chemin du Parc-National à Stoneham-et-Tewkesbury. Joignez la route 135 et prenez la sortie 182. Il faut parcourir environ dix kilomètres depuis la cabane d’enregistrement avant de parvenir au parking du centre de découvertes et de services, lieu de départ de la majorité des randonnées.

Tarifs

  • Billet quotidien : 9 $ par adulte de plus de 18 ans, gratuit pour les enfants.
  • Carte annuelle des parcs nationaux du Québec : 81,25 $ par adulte de plus de 18 ans.

Que faire à pied ?

  • Les Coulées et L’Aperçu : 10,4 km, 3 heures, boucle, facile / intermédiaire.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.