• Menu
  • Menu

Hpa-An : des pagodes et des grottes !

Nous décidons de prendre un bus local pour les 2 heures de route qui séparent Mawlamyine et Hpa-An, la capitale de l’état Kayin. Ainsi, nous aurons vraiment pris tous les types de bus : le classique entre Mandalay et Bagan, plusieurs fois le VIP (pour aller au lac Inle et à Yangon) et le bus local ! Nous sommes les seuls occidentaux et sûrement les seuls non-birmans. À coté du chauffeur, il y a des colis (mais aussi des paniers de fruits et autres curiosités) qui seront distribués en cours de route et au milieu du bus il y a d’énormes sacs d’on-ne-sait-quoi. La porte avant ne ferme même pas : elle est ouverte, bloquée par un extenseur ! Mais bon, malgré nos craintes ce n’est pas le pire bus que l’on ait pris, au contraire ! Il n’y avait pas la climatisation donc il ne faisait pas trop froid et avec les fenêtres et la porte ouvertes nous avions de l’air. En plus, comme il était bien chargé et s’arrêtait souvent, il ne roulait pas comme un fou. Pour couronner le tout, nous avons eu le droit à un superbe coucher de soleil sur la montagne depuis le bus en arrivant 😊

Dans le bus entre Mawlamyine et Hpa-An
Le ciel embrasé en arrivant à Hpa-An

La ville de Hpa-An en elle-même n’est pas un incontournable. Hormis son marché de nuit et quelques pagodes il n’y a pas grand chose. Le plus intéressant se trouve en dehors de la ville. À notre arrivée, notre hôtel nous propose de voir les sept principales attractions en une journée pour un prix défiant toute concurrence : 7 000 khyats chacun. Le lendemain à 8h30 en montant dans le tuktuk nous faisons connaissance de Nadège et Thibaut, un couple de français qui habitent à 500 mètres de notre ancien appartement lillois ! Le monde est vraiment petit. Ils sont partis un peu sur un coup de tête pour un voyage de 5 mois.

Nadège, Thibaut, notre chauffeur de tuktuk et nous !

Nous nous arrêtons tout d’abord à la grotte de Kawt-Ka-Taung. Nous sommes impressionnés par tous les détails sculptés dans la pierre à l’entrée. Cependant mis à part cela elle n’a rien d’exceptionnel. La vue sur les montagnes est cependant très agréable.

L’entrée de la grotte de Kawt-Ka-Taung
Dans la grotte de Kawt-Ka-Taung
Vue depuis la grotte de Kawt-Ka-Taung

Nous continuons notre route vers la grotte de Saddan. Après avoir grimpé quelques marches, nous débouchons sur l’impressionnante entrée de la grotte. C’est immense et très haut, on se sent tout petit. Nous nous enfonçons ensuite dans la pénombre de la grotte, pieds nus étant donné que c’est un lieu sacré. Nous marchons successivement sur de la terre, dans l’eau (la grotte est partiellement inondée à la saison des pluies et elle n’est pas encore sèche), du béton… Soudain nous arrivons à un pont et entendons du bruit : ce n’est pas l’eau mais les centaines de chauves-souris qui tapissent le plafond ! C’est sur ce même pont que nous croisons tout un staff autour d’une miss birmane. Elle porte une belle robe et une tiare, ce qui contraste beaucoup avec le lieu ! Nous continuons jusque l’autre coté de la montagne où nous prenons une pirogue à quatre afin de revenir au point de départ. Nous sommes assis au ras de l’eau et à chaque fois que le bateau tangue j’ai l’impression que l’on va couler ! Nous traversons des rizières et avons une vue imprenable sur la montagne. C’est vraiment apaisant ! Le seul bruit est celui de la rame plongeant dans l’eau, que la navigatrice manie avec habileté.

Entrée de la grotte de Saddan
Les chauves-souris au plafond dans la grotte de Saddan
Vue depuis la pirogue
Dans la pirogue

Notre tuktuk se dirige ensuite vers le village où la pause déjeuner est prévue et cela tombe bien : on a tous faim ! Sur le chemin, nous voyons un match de foot et demandons à notre chauffeur de s’arrêter quelques minutes pour regarder. Il nous explique qu’il s’agit d’un petit tournoi entre des équipes de plusieurs pays. Le football est vraiment un sport que l’on retrouve partout ! À peine remis en route que nous tombons en panne… Impossible de redémarrer… Il nous demande de ne pas bouger. Où voulait-il que l’on aille ? Nous sommes littéralement au milieu de nulle part 😅. Il sort sa boite à outils et commence à bidouiller quelque chose au niveau du moteur mais rien n’y fait. Au bout d’un moment nous lui demandons s’il veut que l’on pousse. Sa réponse ne se fait pas attendre : oui ! Nous voilà donc tous les quatre en tongs en train de pousser notre tuktuk. Youhou ! Il démarre ! 😄 Quelques minutes plus tard, nous arrivons au restaurant pour une pause bien méritée ! Après avoir mangé, les filles profitent du bassin pour tremper les pieds, un peu d’eau fraîche fait toujours du bien !

La prochaine étape est le monastère de Kyouk-Ka-Latt. Sa particularité ? Il est perché en haut d’un piton rocheux au milieu d’un lac. Il est vraiment impressionnant planté là-haut. Dommage que le temps soit couvert, avec du soleil cela doit être encore plus beau !

Le monastère de Kyouk-Ka-Latt
Temple près du monastère de Kyouk-Ka-Latt

Nos deux arrêts suivants sont très proches l’un de l’autre. Le premier est à la grotte de Kaw-Gun. Toute la paroi rocheuse est sculptée et c’est tout simplement superbe ! Cette grotte ne ressemble vraiment à aucune autre… On a même eu l’occasion de faire une photo avec toute une famille birmane originaire de Mandalay ! Nous pensions repartir mais il est possible d’aller voir la pagode en haut de la montagne. Nous gravissons donc les marches (très très raides, en nous retournant à un moment on a l’impression que c’est abrupt). La montée est difficile mais la vue à 360° tout est haut est magnifique ! Cela valait vraiment le coup !

Bouddha à la grotte de Kaw-Gun
Sculptures sur la montagne à la grotte de Kaw-Gun
Bouddha couché dans la grotte de Kaw-Gun
Vue depuis la pagode en haut de la montagne : vers l’est
Vue depuis la pagode en haut de la montagne : vers l’ouest

Le second est la grotte Ya-Thay-Pyan qui est envahie de singes. Notre guide nous dit de faire attention : ils sont agressifs, volent dans les sacs et peuvent griffer les jambes. Nous ne verrons pas de singes en haut (décidément, on est maudit !) mais profitons d’une vue splendide avec le soleil qui se couche sur la montagne. Nous pourrions rester là des heures à contempler le paysage mais nous devons nous dépêcher d’aller à la grotte aux chauves-souris (bat cave), elles n’attendent pas pour sortir une fois la nuit tombée !

Vue depuis la grotte Ya-Thay-Pyan

Nous arrivons à la grotte quelques minutes avant le coucher du soleil. À peine s’est-il couché qu’elles commencent à sortir en un flot continu. Il y en a des centaines de milliers qui sortent. Nous n’en avions jamais vu autant. C’est vraiment impressionnant ! Elles volent toutes dans la même direction et au loin on peut voir des « nuages » de chauves-souris.

Nous rentrons dans le noir et, après un passage express à l’hôtel, allons au marché de nuit pour manger de la street food comme des birmans ! Il est loin le temps où à Mandalay nous n’avions rien osé manger à part une banane et de la pastèque ! Nous faisons plusieurs tours pour bien savoir ce qu’il y a. J’opte pour des brochettes de poulet. Hélène préfère manger à table, nous choisissons donc un stand où il est possible de manger sur place : ce sera du riz, du poulet et des légumes. Nous n’en saurons pas plus, la personne ne parlant pas anglais à part : chicken, pork et rice. Pour le dessert on prend une sorte de beignet que l’on partage à deux.

Le night market de Hpa-An

Une fois rentrés à l’hôtel, une question nous taraude : où aller le lendemain… Nous hésitons entre aller à Bago, très peu touristique, donc il n’y a quasiment aucun hébergement et toutes les visites sont payantes, et retourner à Mawlamyine pour prendre un train jusque Yangon. Finalement, notre envie d’essayer le train birman est trop forte, nous reprendrons le même bus local mais dans l’autre sens cette fois.

Xavier

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires