• Menu
  • Menu

De Melbourne à Adelaïde via la Great Ocean Road, les pieds dans l’eau !

Welcome !

Il est temps de quitter la chaleur de Melbourne pour joindre Adélaïde via la Great Ocean Road ! Cette route longeant la côte est célèbre pour ses panoramas imprenables sur l’océan, bref, de quoi en prendre plein les yeux !

Sur la route…

La Great Ocean Road

Couleur turquoise

Jan Juc Beach

Premier arrêt au paradis des surfeurs : Jan Juc Beach. Il pleut mais ça n’empêche pas la trentaine de personnes dans l’eau de pratiquer un des sports nationaux. Il semblerait que ce soit inné car des enfants d’à peine 7 ans se jettent à l’eau et surfent comme ils respirent. Le cliché du surfeur s’est une nouvelle fois vérifié : peau tannée, chevelure blonde, corps sculpté ^^.

Jan Juc Beach

Bell’s beach étant située à côté, nous ne pouvons la manquer ! Les surfeurs s’en donnent à cœur joie au vu des vagues ! Le ciel commence à se lever petit à petit.

Bell’s Beach
Bell’s Beach

Nous reprenons la route et nous arrêtons à Anglesea pour d’abord admirer la plage au sable fin et l’eau turquoise sublimée par les premiers rayons solaires de la journée ! C’est un petit avant-goût de ce que nous verrons tout au long de la route 😊. Puis, on se dirige vers son phare, le Split Point Lighthouse qui domine l’océan. Il y a plusieurs belvédères le long du chemin d’où la vue est vertigineuse !

Anglesea
Split Point Lighthouse

La Great Ocean Road traverse la petite ville de Lorne. Sur la route, on a eu la chance de croiser un échidné tout mignon en train de traverser. Ouf, il n’a pas été écrasé et a pu se cacher dans les fourrés #gagadevanttouslesanimaux. La ville comporte de nombreuses cascades. Nous nous arrêtons aux Erskine Falls, petite cascade perçant à travers la forêt.

Toujours sur la route…
Erskine Falls
Coucou petit cacatoès !

Nous prenons un peu de hauteur sur les flots en allant au Teddy Lookout. La couleur turquoise de l’eau nous éblouit encore une fois !

Teddy Lookout

Nous traversons Apollo Bay et stoppons juste le temps de se dégourdir les jambes sur la plage de sable blanc. Le temps a changé brusquement et il ne serait pas étonnant qu’une averse s’abatte sur nous. L’ambiance est étrange avec toute cette brume.

Apollo Bay

Les merveilles calcaires de la Great Ocean Road

La journée se termine par les Gibson Steps. La grisaille est bien présente mais n’enlève pas la magie du lieu. En effet, un des 12 apôtres s’élève majestueusement le long de la plage.

Gibson Steps

Une autre journée commence et elle sera bien chargée ! Nous partons de bonne heure en direction des 12 apôtres. C’est LE spot de la Great Ocean Road. En passant devant la veille, cela s’est vérifié : le parking était plein à craquer ! Il n’est pas encore 8h et nous arrivons parmi les premiers.

Les 12 apôtres sont en fait 12 tours de calcaire hautes de plus de 45m. Il a fallu entre 10 et 12 millions d’années pour que l’érosion isole ces tours du reste de la falaise. C’est cette même usure naturelle qui fait qu’aujourd’hui, les apôtres ne sont plus qu’au nombre de 8.

Les 12 (ou plutôt 8) apôtres
Les 12 apôtres

Concrètement, c’est un des plus beaux spectacles qu’on ait pu voir en Australie ! Le soleil commence doucement son ascension et ses rayons viennent lécher petit à petit la roche blanchie, dévoilant les strates une à une. Les puissantes vagues en contrebas déferlent, menaçantes et se fracassent à la base de ces tours calcaires où on peut constater la lente érosion creusant la roche. Nous avons eu ce tableau pour nous tout seuls. Je pense qu’avec un monde fou que le site attire, il est impossible de profiter du lieu comme il se doit en pleine journée. La beauté appartient à ceux qui se lèvent tôt !

Les apôtres

L’autre site remarquable à mes yeux est l’estuaire de la rivière Sherbrook. Il n’y a personne et quel spectacle s’y joue ! La plage de sable blond n’est pas très grande. Les vagues sont très impressionnantes. Nous grimpons sur la falaise, véritable sol rocheux lunaire, qui s’avance sur les flots et contemplons, assis, la beauté marine qui nous fait face. Du fait de l’érosion, les vagues passent sous nos pieds et explosent avec fracas. Bref, cet endroit est juste magique.

L’estuaire de la rivière Sherbrook
L’estuaire de la rivière Sherbrook

Les autres sites situés à proximité sont tout autant à couper le souffle :

The Razorback
Loch Ard Gorge
Loch Ard Gorge
  • The Razorback : un bloc de calcaire, taillé par les vagues et le vent qui élargissent les failles verticales.
  • Loch Ard Gorge : une gorge naturelle formant une crique avec du sable blond et une eau toujours aussi cristalline, comme un air de paradis.
  • Thunder cave : une grotte dans la falaise, où les vagues s’en donnent à cœur joie !
  • The Arch : une arche naturelle au bord de l’océan.
  • London Bridge : il était relié au reste du continent jusqu’à ce que l’érosion fasse son travail et qu’il soit coupé en deux.
  • The Grotto : petite grotte et piscine naturelle bien mignonne.
The Arch
London Bridge
The Grotto

Mount Gambier

Cette Great Ocean Road nous amène donc au mont Gambier que nous parcourrons le lendemain.

Cette petite ville portuaire a la particularité de renfermer un immense lac bleu en plein centre ville ! Il s’agit en fait d’un ancien cratère formé par plusieurs éruptions explosives. Sa profondeur atteint les 72 mètres ! À partir de novembre et jusque début mars, le bleu sombre de l’eau devient bleu « turquoise profond » (oui cette teinte existe !) pour une raison encore mystérieuse. On confirme que pour être bleu, il est vraiment bleu ! On en fait le tour (3,6 km) grâce au chemin aménagé qui offre de nombreux points de vue. En bref, une bonne petite balade pour commencer la journée !

Le lac… bleu

Nous continuons l’exploration de la ville par le Valley Lake Wildlife Park. Nous le découvrons un peu par hasard et c’est une véritable surprise ! C’est un grand parc renfermant des dizaines d’espèces animales et végétales.

Les kangourous prenant un bain de soleil

Nous y passons quasiment trois heures ! Il n’y a presque personne et nous nous laissons guider par les écriteaux plantés à l’entrée suggérant l’écoute de la nature. Ils ont bien raison : nous entendons tous les bruits environnants entre les chants mélodieux des oiseaux, le souffle du vent qui fait craquer le bois des arbres, le croassement des grenouilles… C’est un véritable retour aux sources et on en ressort apaisé. Nous avons pu voir plusieurs kangourous, un échidné, de nombreuses espèces d’oiseaux… Le seul regret est de ne pas avoir vu de koala mais bon, on aura bien une autre occasion d’en voir !

Un petit échidné tout mignon

La ville comporte de nombreuses caves mais elles ne valent pas le coup ni le déplacement (seules les Engelbrecht Caves sont payantes). Seul le Umpherston Sinkhole (ou Sunken Garden) a trouvé grâce à nos yeux. Ce gouffre fut auparavant une grotte souterraine, formée par l’érosion du calcaire par les vagues, dont le plafond s’est effondré ce qui créa un gouffre. Il a été transformé en jardin par James Umpherston en 1886. Aujourd’hui, de nombreuses fleurs dont des centaines d’hortensias tapissent le sol et délimitent des petites terrasses. Une sorte de lierre recouvre les parois. Ce site très singulier est vraiment magnifique. Une autre particularité de ce lieu est la venue à l’aube d’opossums mais malheureusement, nous n’avons pas eu la chance de les apercevoir.

Umpherston Sinkhole
Umpherston Sinkhole

Nos adresses

  • Forage on the forage à Port Campbell : un très bon resto qui fait la part belle aux produits locaux et de saison ! Le risotto et l’agneau sont à tomber.
  • Natural Born Grillers : un fast-food tout récent qui fait des gaufres avec du poulet pané et du sirop d’érable (c’était tellement bon !) et des bons burgers.
Hélène

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.