La Tongariro Alpine Crossing, une randonnée pas comme les autres…

Aperçu lunaire et dernières heures de repos

Nous quittons Wellington en direction de la petite ville de Turangi, située au milieu de l’île. Une longue route nous attend mais nous voulons arriver assez tôt pour nous reposer avant de faire, le lendemain, une randonnée que nous attendons depuis longtemps : la Tongariro Alpine Crossing !

Sur la route…

Après quelques heures de route, le paysage change instantanément. Le vert de la campagne laisse place à la lune. Il est impossible de ne pas penser à l’Islande avec ce décor désertique à perte de vue ponctué d’une végétation très basse. C’est étrange car ce paysage tellement apaisant “impose le silence” après l’agitation urbaine.

Nous arrivons à destination, une simple étape pour y passer la nuit et être au plus près de la Tongariro Alpine Crossing. L’environnement est tout aussi paisible et nous permet de recharger nos batteries pour le lendemain.

Petit avant-goût en longeant le Tongariro Park

Voyage au bout de l’espace

Plan bien utile de la randonnée

Le départ de cette fameuse randonnée se situe au bout de la Mangatepopo Road. Le parking limite à 4 heures le stationnement, donc uniquement pour les petites randonnées ou pour les fous qui feraient l’aller-retour en courant ! La seule solution envisageable est de passer par un organisme proposant une navette qui vous dépose au départ et vous récupère à l’arrivée. Nous avons réservé avec Backyard Tour, c’était l’agence qui permettait de partir le plus tôt (5h30 !) et l’une des moins chères.

Le réveil pique un peu mais c’est excités que nous prenons le volant pour quelques kilomètres vers le lieu de rendez-vous. La navette nous dépose alors au bout du chemin de la piste, nous sommes au milieu de nulle part et avons l’impression d’avoir déjà quitté la Terre. Le conducteur donne ses dernières consignes notamment sur le fait que les conditions météorologiques sont extrêmement variables sur la journée. Avant de faire une photo du groupe, il adresse une prière en maori qu’il conclut par “Come back safe!”, rassurant !

Kilomètre zéro : on est frais !

Il est 6 heures et c’est avec entrain que nous entamons cette belle et longue randonnée de 19,4 km. Le jour commence doucement à se lever, le ciel se teinte de belles nuances de rose et la vue est dégagée : la magie opère de suite.

Lueurs matinales
Le soleil dévoile peu à peu l’étendue rocailleuse

La traversée du Mordor

Les kilomètres s’enchaînent, nous n’avons rien vu de semblable jusqu’à présent. L’ascension est ardue mais le spectacle est si fascinant qu’il enlève toute douleur musculaire. Nous arrivons au South Crater à 1660 mètres d’altitude, le point de non retour, après une petite mise en jambe en empruntant l’escalier du diable où des grandes roches volcaniques font office de marches.

Traversée du South Crater

L’endroit est brut, mystique et pour cause, la région a servi de décor au Mordor dans le Seigneur des Anneaux. Le Mount Ngauruhoe domine l’endroit, majestueux avec ses teintes rougeâtres. Lui aussi a inspiré Peter Jackson pour sa saga comme Orodruin, la montagne du destin, mais en raison de son caractère sacré pour les Maoris, il a été modifié à l’écran.

Un mont Ngauruhoe…
…deux paysages

Il est 8h30 et après la dernière montée de la randonnée (!), nous arrivons au point culminant de cette randonnée : le Red Crater à 1886 mètres d’altitude. Et quel point culminant ! Nous avons le sentiment d’être coincés entre deux planètes. D’un côté, volcanique et martien, ce ne sont plus cinquante mais des centaines de nuances de gris, d’ocre et de rouge qui s’étalent sous nos yeux. De l’autre côté, plus lunaire, nous avons une vue imprenable sur la vallée désertique que nous venons de traverser, toujours avec le Mont Ngauruhoe surplombant l’ensemble.

Majestueux mont Ngauruhoe
Red Crater
Poursuivis par les nuages…

D’ailleurs, les nuages suivent notre ascension depuis le point de départ et nous sommes bien contents d’être partis très tôt pour avoir une visibilité optimale. Tout en profitant de chaque coup d’œil, nous repartons car comme on le sait, le temps change vite !

Au-dessus des nuages

À partir de maintenant, le chemin n’est que descente jusqu’à l’arrivée ! Mais mine de rien, ce ne sera pas aussi simple qu’on pourrait le penser.

Nous amorçons la descente avec une magnifique vue d’ensemble sur ce qui nous attend : les Emerald Lakes ainsi que le Blue Lake. Les lacs bleus s’appellent-ils tous Blue Lake ? On en avait déjà vu un à Mount Gambier en Australie, quel manque d’inspiration 😃.

Blue Lake
Emerald Lakes

Les Emerald Lakes attirent de suite l’œil par leur couleur turquoise et leur bordure dorée de soufre, dénotant dans ce décor entièrement rocheux. Quelques fumerolles de soufre s’échappent de la terre par endroits. L’ensemble ajoute encore un peu plus de magie et de singularité dans cette randonnée décidément hors du commun. Pour y arriver, il faut emprunter un chemin constitué d’un mélange de poussières volcaniques et de petites pierres qui glissent et roulent. Nous avançons lentement à petits pas car une chute est vite arrivée sur cette pente assez raide et très instable ! Les genoux et l’attention sont fort sollicités, c’est la première petite complication de cette (longue) descente.

On était tout là-haut !
Presque aussi frais qu’au kilomètre zéro !

Nous traversons ensuite le Central Crater pour arriver au Blue Lake, dernière curiosité à notre goût de cette escapade. En jetant un coup d’œil derrière nous, nous mesurons la splendeur du lieu ainsi que les mètres avalés depuis le début. Le Mont Ruapehu pointe son nez enneigé derrière le mont rouge.

Vue à couper le souffle depuis le Blue Lake

Retour à Hobbiton

Dernier regard en arrière…

Nous poursuivons notre chemin pour arriver de l’autre côté de la montagne. Le lac Rotoaira s’offre à nous en contrebas dans la vallée et nous ramène doucement à un paysage montagneux, un peu plus commun. Une végétation plus florale et plus luxuriante fait peu à peu son apparition. Il est 11h quand nous atteignons Ketetahi Shelter, à 1454 mètres d’altitude, dernier arrêt officiel. Ça y est, les nuages se situent enfin au-dessus de nos têtes ! Nous passons à proximité des Ketetahi Hot Springs crachant leur fumée dans le ciel bleu. Ces sources chaudes sont privées et interdites au public.

…avant de passer de l’autre côté
Ketetahi Hot Springs

Pendant 2 heures, nous zigzaguons dans les landes puis traversons une forêt aux airs de jungle sous une chaleur de plomb. Ce n’est guère réjouissant, l’ennui se fait sentir et nous avons hâte d’en finir ! Ce sera la deuxième difficulté et LE point négatif de cette randonnée qui restera malgré tout dans nos plus belles randonnées.

Il est 13h et nous apercevons enfin le parking au bout de la Ketetahi Road ! Nous avons la bonne surprise d’être accueillis par le chauffeur de la navette qui nous offre de la pastèque fraîche ainsi qu’une bière bien désaltérante. Inutile de dire que cela tombait à pic ! Nous sommes ravis d’être venus à bout de cette interminable descente et profitons de l’ombre avant que la navette ne nous ramène au pick-up.

Étonnamment, nous avons croisé des randonneurs dans l’autre sens ! À choisir, autant le faire dans le sens “normal” déjà pour la praticité (croiser tout le temps des personnes parfois sur des terrains instables est fatigant), puis pour ne pas être surpris par les conditions météorologiques (il est plus probable que le temps se lève rapidement dans la journée du côté du South Crater plutôt que dans la vallée) et enfin pour la difficulté. Certes le sens normal n’est pas de tout repos mais au moins la dernière portion (très) ennuyeuse est en pente et le passage du Red Crater aux Emerald Lakes doit être éreintant à monter à cause des pierres roulantes.

Une fois revenus à notre voiture, nous reprenons la route pour rallier Taupo, à moins d’une heure de Turangi. Pas de doute que nous dormirons comme des bébés cette nuit, la tête encore remplie de ce voyage spatial.

Conseils de randonnée

  • Partir le plus tôt possible !
  • Prendre une voire deux surcouches car le vent peut souffler fort et les températures chutent rapidement à partir de South Crater.
  • Prendre suffisamment d’eau et de nourriture.
  • Ne pas hésiter à se tartiner régulièrement de crème solaire car même si la chaleur du soleil ne se fait pas sentir sur la peau, nulle doute qu’il brûle !
  • Faire des pauses régulièrement rien que pour profiter du paysage 🙂

Nos adresses

  • Off The Track Backpackers à Turangi, une toute petite auberge de jeunesse. Vous y serez au calme pour vous reposer avant de faire la Tongariro. N’oubliez pas de prévoir de quoi cuisiner, Turangi est une toute petite ville !
  • Backyard Tour, l’agence que nous avons choisie pour faire la navette, ils étaient professionnels et sympathiques.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.